mercredi 30 septembre 2009

Smoke Fish etc.




Beaucoup de travail et d'inspiration ces temps-ci je suis ravi:
-Exposition sur les Poilus de 14-18 avec l'Atelier Culturel de Landerneau et Dourdon
-Pochettes de disques pour mon label préféré Innacor
-Coup de main à Smoke Fish pour leur pochette de disque
-Invitations à jouer avec Chapi Chapo en impromptu et Mi Alma pour leur sortie de disque le 2 décembre au Cabaret Vauban.
-Projet de reprise de notre duo jonglage, danse/musique avec Pierre Jallot
-Préparation de Tasar (avec mes nouvelles pédales d'effet fabuleuses)
-Sortie du Disque vert et tout ce qui s'ensuit...

J'ai de quoi faire et je suis.. passionné!

mardi 29 septembre 2009

Smoke Fish

Découvert aujourd'hui http://www.myspace.com/smokefish très intéressant groupe rock bresto-israélien. J'aime aussi leur éléphant volant.



Entre eux, Rotule et Mnemotechnic, la scène rock brestoise commence enfin à me surprendre et j'aime ça!

lundi 28 septembre 2009

Sur le net - moi



Encore une photo de Raymond Le Menn pendant le concert de l'Orchestre Préhistorique à Lorient où l'on me voit jouer du mélodica, comme les autres membres du groupe, nous jouons "le dragon miniature" "à l'envers", pour moi cela signifie de dos avec le seul pouce de la main gauche: ce qu'il ne faut pas faire pour "réussir à jouer mal naturellement"! Le plus dur étant d'éviter de se cogner dans le micro... Mille excuses à l'ingé son héhé!

Jacky Molard + Foune Diarra



En cours de conception, première proposition graphique sur ce projet, toujours pour le label Innacor...

dimanche 27 septembre 2009

Photo de concert

Galerie sur Facebook de Raymond Le Menn qui suit de près Arnaud Le Gouëfflec et notre Orchestre préhistorique entre autres, comme ici au Manège en Chantier à Lorient vendredi dernier, pour la présortie du disque vert/inauguration du Black Horse Studio:
moi au piano jouet michelsonne 37:

NB: j'ai été assez déçu par la prestation de "Mesk", honnêtement, mais bon...

mardi 22 septembre 2009

Mes nouveaux joujoux



Comme on m'oblige à acheter du matériel avec mon avoir sur le midiplus vega 61P, je vais essayer tout ça sur mes claviers (notamment sur mon pianet T et mes sons de rhodes) - avant d'aller enfin fouiner et passer commande à Monsieur Gaël Loison - alias Moregeometrico pour des effets plus personnalisés. Après, j'économiserai pour un Rhodes stage 73, mon rêve depuis des années...

Dominque Di Piazza

lundi 21 septembre 2009

Midiplus vega 61P

J'ai plébiscité ce clavier qui me semblait être une bonne affaire: un clavier-maître à marteaux léger et pas cher! Seulement j'ai renvoyé mes deux modèles neufs et ne veux plus en entendre parler: trop de faux contacts. Dommage!

jeudi 17 septembre 2009

Sha-Docks - Olivier Calmel


Sha-Docks par Electro Couac quintet d'Olivier Calmel va sortir en digipack... On est dessus:




Très bel album sur lequel je suis fier de collaborer graphiquement!

mardi 15 septembre 2009

LE DISQUE VERT

Je viens de recevoir notre Disque vert - avec plein de morceaux, cachés ou non, prenez le temps de bien fouiller partout partout!

AVANT-PREMIERE et toutes les infos ICI: http://www.myspace.com/arnaudlegouefflec



CONCERTS:
le 25 sept - Manège en Chantier - Lorient
le 20 Nov - La Carène - Brest
le 26 mars - Festival Papillotes - Brest



L'ORCHESTRE CHERCHE DIFFUSEURS/TOURNEUR...



En résidence à la Carène, Arnaud Le Gouëfflec et son Orchestre préhistorique cultivent leur mystérieux « disque vert »… Du rock au baroque, un ovni musical agite l’onde de la rade de Brest.

Du disque ou de son auteur, qui est le plus vert ? Débarqué de sa planète foutraque, Arnaud Le Gouëfflec a la couleur des petits hommes. Bien sûr, il a deux yeux, deux bras et même deux jambes. Mais son cerveau en ébullition baigne dans une étrange poésie cosmique, vouée à sonder les confins de notre univers musical. La tête dans les étoiles, toujours un pied dans l’âge tendre, vert comme les monstres, les bois ou l’espoir triste de ses comptines enfantines.

Mais Arnaud Le Gouëfflec n’est pas un bleu. Avant d’atterrir à la Carène, son quatre pistes analogique tournait déjà à plein régime. Cinq albums au compteur, dont deux composés en compagnie de l’Orchestre préhistorique. Adepte du do it yourself, l’auteur a toujours gardé jalousement la maîtrise de son langage, très personnel, et de son outil de production, très artisanal. La maturité aidant, l’heure est venue de passer « à la vitesse supérieure ». Mais l’âge du bricolage n’est pas encore révolu.

Le dédale de la création

Pour sa résidence brestoise, Arnaud Le Gouëfflec poursuit son approche expérimentale de la création musicale, en élaborant son nouvel album de A à Z, au vu et au su de tous. Structurée autour d’une basse, d’une guitare, d’une « batterie quincaillerie » et de « claviers glauques au son baveux », l’Orchestre préhistorique guide la trajectoire incertaine du vaisseau, au son du jazz, de l’indus et des musiques improvisées. En cours de route, six artistes sont conviés à embarquer pour apposer leur patte atypique. L’hôte présente ses invités : « Noël Akchoté, un guitariste expérimental, un stakhanoviste de l’ombre aux 400 albums… Eugène Chadbourne, le docteur Tournesol du country-punk… Christophe Rocher et Nicolas Pointard, deux pointures du jazz… Chapi Chapo et les Petites musiques de pluie, un génie consciencieux de la toy music… Moregeometrico, un musicien électro à l’ancienne : il soude lui-même ses claviers ». Sur le mode work in progress, un concert ponctue chaque phase de collaboration et un blog retrace les progrès de cet attelage baroque. « Notre démarche est très empirique, presque organique. On palpe, on malaxe, on tapote... Le son nous plaît ? On le garde ! ».

En convoquant Brigitte Fontaine, Boris Vian et Charles Trénet, Arnaud Le Gouëfflec dévoile son projet artistique. « Retrouver l’esprit expérimental de la chanson, quand elle côtoyait le be-bop ou le rockabilly »… « Composer des arrangements neufs, sans reprendre les gimmicks qui tournent en rond, les codes fantasmés de la chanson pompidolienne »… Le résultat est conforme au propos. Le vent du souffle murmuré d’Arnaud Le Gouëfflec fait tinter les cymbales et les cloches fêlées. Les guitares se teintent du chant métallique des tournevis sur leurs cordes. Les partitions ondulantes sillonnent un grand labyrinthe végétal, fanent puis éclosent à nouveau, noyées sous un déluge de distorsion électrique ou sauvées des eaux par la mélancolie d’un piano ébréché. Dans ce dédale musical, Arnaud et ses musiciens tirent sur le fil d’Ariane pour faire décoller la création. Sans savoir ce qu’ils trouveront au bout, « un jardin japonais ou un dépotoir ».

Les lumières de l’underground

Brute de décoffrage, la démarche d’Arnaud Le Gouëfflec n’est pas dénuée d’humour, ni d’autodérision. « Ce disque vert n’est pas un album concept, porté par des arrières-pensées marketing. Le mystère nous fait rire, un point c’est tout », s’amuse son auteur. On le croit volontiers, lui qui enregistre encore des K7 à un seul exemplaire pour des inconnus de passage.... Compositeur, musicien, mais également romancier, poète, agitateur culturel… La carrière polymorphe de l’artiste s’est construite à petit pas dans l’underground. Auteur de « guides touristiques préhistoriques » pour valoriser la géographie du détail et de l’accident, à Barcelone ou en Pologne, il organise depuis trois ans l’indicible Festival invisible, à Brest. Fasciné par les génies méconnues et fétichiste du disque, il grave ses compositions sur CD-R, qu’il vend sous le manteau à trente exemplaires, parés d’une belle pochette manuscrite. Sa résidence à la Carène met aujourd’hui ses talents cachés en lumière. Arnaud Le Gouëfflec assume le paradoxe de ce grand écart « bipolaire ». Explorateur d’horizons inconnus, sa boussole n’a pas été conçue pour indiquer le Nord.

Olivier Brovelli [Mai 2008]labelmuzik.com/Musiques et danses en Bretagne

Guitaret




Encore un instrument rare de Honher: le guitaret - je suis curieux d'entendre ça un jour!

lundi 14 septembre 2009